Ôde aux petits bonheurs.

On parle souvent du Bonheur. Personnellement, je préfère rester ouverte aux petits bonheurs, et autres jolis miracles. On s'y arrête un instant?

ôde aux petits bonheurs - marine cellupica sophrologue

J'essaye d'observer le plus possible  cet objectif: porter un regard neuf sur chaque jour. Un regard attentif.  Et curieux.

Curieux de quoi?

De ce qu'il y a d'unique, de merveilleux dans notre quotidien. Chercher l'inattendu dans la routine. Le beau dans l'habituel. 

Afin de développer ce Super Pouvoir que nous possédons tous.

 

 

La magie du quotidien.

 

Mais quel Super Pouvoir, me direz-vous? Eh bien, celui de remarquer la Magie du quotidien. Ou, plus simplement,  de noter les petits détails qui rendent la vie plus jolie.

 

Car ce Bonheur dont on nous rebat les oreilles à pour moi des relents de conte médiéval, de quête d'absolu qui n'en finit jamais. Idéal aux multiples définitions, le Bonheur se fait changeant et volatil. Alors, inaccessible le bonheur? Je n'en crois rien. Ou, plutôt, je préfère savourer mes petits miracles quotidien.

 

La joie procurée par un éclat de rire, une carte postale inattendue, une caresse tendre, un carré de chocolat avec un bon livre, l'automne qui nimbe les arbres d'or, le soleil sur ma peau, un regard amoureux, l'odeur du pain chaud ou celle de l'océan...

Oui, je veux attraper au vol l'instant magique, l'étincelle qui fait pétiller le cœur.  Car ce sont ces bonheurs du quotidien qui nous font voir la vie en technicolor, et nous aident à garder le sourire, même quand cela devient compliqué. 

 

Il se s'agit pas de se voiler la face, de vivre chez les Bisounours, de nier les difficultés de la vie. Mais. De saisir les petits éclats de lumières et les chérir. De laisser la place d'honneur aux petits plaisirs & douces réjouissances.

marine cellupica sophrologue petits bonheurs

 

Comment les laisser entrer dans notre quotidien?

 

Faire le choix de chercher ces petits bonheurs... et se le rappeler régulièrement.

→ Cela demande peut-être de faire évoluer doucement sa vision de la vie. Chercher ces petits bonheurs du quotidien n'est pas forcément instinctif. Et comme toute nouvelle habitude, cela peut prendre du temps avant de devenir naturel. Alors, il s'agit de se remémorer souvent cette envie, cet objectif. Telle une piqûre de rappel. Le noter sur son agenda, son smartphone; en parler autour de soit; l'écrire sur des post-its... 

 

Conserver sa capacité à s'émerveiller.

→ Chercher les petits bonheurs, c'est rester ouvert à l'inattendu, aux petits riens du quotidien. Garder son âme d'enfant, oublier le regard des autres et s'émerveiller sans honte de futilités primordiales. Oui, j'adore faire tourner ma nouvelle jupe à pois comme une princesse de 8 ans. Et alors? Soyez-vous même. Cultivez VOS petits bonheurs. Dans tous les cas, votre sourire sera le premier d'un vaste réseau de partage (car le sourire est une chaîne plus virale que le dernier buzz Twitter!).

Et n'oublions pas de stimuler notre capacité à trouver de la beauté dans tout ce qui nous entoure. Là encore, cela demande un petit peu d'entraînement... Mais cela n'en vaut-il pas la peine?

 

Prendre le temps.

→ Les petits bonheurs, c'est avant tout une question d'attention et de disponibilité. Ils sont là, prêts à être remarqués. Il suffit juste de s'arrêter pour les voir. Alors, essayons de développer nos capacités à observer, à écouter nos sensations, à savourer le moment présent. Peut-être, aussi, apprendre à s'extirper du tumulte extérieur - par la méditation, la sophrologie, les balades dans la nature... Je vous invite à ralentir, et à contempler, tranquillement, le monde autour de vous. Soufflez, et. Observez.

 

Consigner ses petits bonheurs.

→ Mon astuce pour ancrer ses bonheurs, ses sensations de joie: essayer d'en faire l'inventaire de façon régulière. Carnet, boîte, page dédiée dans son agenda ou son bullet journal... Nombreux sont les moyens de garder une traces de ses petits miracles personnels. Cela peut bien sûr se faire mentalement, mais les écrire vous permettra de prendre conscience de la richesse de votre collection, et de les relire, plus tard.  

Cela peut devenir un joli rituel apaisant. Pourquoi pas le soir au coucher, juste avant d'éteindre? Ou le dimanche, pour savourer les douceurs de la semaine écoulée?

Et, ce faisant, laissez-vous aller à ce doux sentiment de gratitude. Envers la vie, envers vos proches. Envers vous-même, aussi.

Tendre vers la gratitude, oui, et. Se réjouir de ce que nous avons, en faire notre force.

 

 

Alors. Laissez-vous porter par les "maintenant" qui chantent.

Et saisissez d'urgence vos petits bonheurs quotidiens, promesse de lendemains plus souriants.

marine cellupica sophrologue petits bonheurs

Écrire commentaire

Commentaires : 0