· 

Pensées parasites ou négatives: conseils et exercices simples pour apprendre à s'en libérer

Sans nous en rendre forcément compte, nos pensées nous entraînent souvent sur la voie de l'auto-dénigrement. Ensemble, prenons conscience de la part que prennent ces pensées dans notre quotidien, pour ensuite apprendre à les chasser.

Sophro pratique: prendre conscience de ses pensées négatives...et y mettre le holà !
Sophro pratique: prendre conscience de ses pensées négatives...et y mettre le holà !

On est bien souvent prompt à se fustiger intérieurement. A se blâmer, à grand renfort de "j'aurais dû" ou "je suis nul(le)".

Facile, aussi, de se laisser emporter par une anticipation négative. Je n'y arriverai jamais.  Et si j'échouais? Ça va louper, c'est sûr. 

 

Nous avons intégré profondément cet auto-dénigrement. Pour certain, il en devient quotidien, habituel. Un mécanisme désormais intégré et inconscient. Avec des pensées parfois obsessionnelles. 

 

Pour se rendre compte de l'ampleur du phénomène, il suffit de faire un petit exercice.

 

Fermez les yeux et concentrez vous sur vos sensations physiques. Sur votre respiration.

Puis laissez venir à vous vos pensées, quelles qu'elles soient. Sans contrôle, sans jugement. Observez-les avec curiosité.

Essayez alors de les identifier, de les nommer. Comme pour les étiqueter. Reconnaissez les anticipations. Les "je dois", les "il faut". Repérez les pensées négatives. 

 

Rouvrez tranquillement les yeux.

 

Alors? Quel bilan faites-vous de ce petit exercice? Quelle est la part de ruminations, de projection, de contraintes?

En prendre conscience est déjà un pas.

 

Maintenant, que faire de ce constat? Il est difficile de réprimer comme ça, par un coup de baguette magique, ce type de pensées parasites. Cet auto-dénigrement perpétuel. Bien ancré.

On peut cependant essayer de les contrebalancer.

 

Comment? En commençant par être plus doux envers soi-même

Pensez-vous à vous féliciter? A vous complimenter?

Et si nous en faisions une habitude?

 

Oui, j'ai le droit d'être fier(e) de moi. Et de me le dire. Me le montrer.

Félicitez vous de vos réussites. Regorgez-vous en. Il n'y a pas de petites victoires. Elles vous appartiennent. Vous le méritez.

 

Soyez bienveillant & tendre envers vous-même. Changer son regard sur soi, c'est commencer à se considérer comme son allié.

Son meilleur ami. Oui, vous êtes "assez". 

 

Essayez aussi de vous entourer de douceurs, de petits cadeaux - de vous à vous. D'offrir à votre corps & à votre âme sa juste récompense.

Cela passe par de petites attentions envers vous-même.  Par exemple... S'offrir des moments de repos, sans culpabiliser. Prendre du temps pour soi - lire, méditer, faire du sport, regarder une série... Chouchouter son corps dans la salle de bain - voire s'octroyer un massage ou un soin en institut! Faire un sauna. S'offrir une pâtisserie et la savourer en pleine conscience.

Vous répétez "je m'aime, tel(lle) que je suis". Régulièment.

 

Vous êtes unique! Et merveilleux.

Soyez-en conscient, et soyez-en fier. ♥

 

 

Bonus: chassez les pensées parasites.

Reprenez l'exercice précédant... et complétez-le de façon à évacuer ces pensées négatives!

 

Fermez les yeux et concentrez vous sur vos sensations physiques. Sur votre respiration. Prenez conscience des appuis de votre corps. Laissez la détente gagner petit à petit chaque partie de votre corps... De la tête jusqu'aux orteils...

 

Puis laissez venir à vous vos pensées, quelles qu'elles soient. Sans contrôle, sans jugement. Observez-les avec curiosité.

Essayez alors de les identifier, de les nommer. Reconnaissez les anticipations. Les je dois les il faut.

Repérez les pensées négatives.

 

Imaginez maintenant les écrire sur des papiers. Faites-en tranquillement la liste, une pensée par papier.

 

Maintenant, imaginez  que vous glissez chaque papier dans un sac. Vous fermez bien ce sac. Enfermez-y ces pensées négatives, ces jugements.  

 

Puis débarassez-vous en, de la façon la plus efficace pour vous. En le jetant dans une rivière, par exemple, et en observant le courant l'emporter au loin. Ou encore. En le brûlant; en vous visualisant le jeter du haut d'une montgolfière ou d'une falaise; en l'enfermant dans un placard...

 

Savourez ce sentiment de liberté. Prenez le temps d'écouter les sensations que cet exercice provoque en vous. Quelles sont-elles? Où naissent-elle?

 

Puis, quand c'est bon pour vous, reprenez tranquillement contact avec le monde extérieur. Et ouvrez doucement les yeux.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0